Fin des quotas sur le sucre… La filière s’organise.

Dans un an, le 1er octobre 2017, les quotas sur le sucre disparaitront et avec eux, un prix d’achat de betteraves garanti pour les producteurs (26,29 euros la tonne). Entrés en vigueur en 1968 et appliqués par 19 états membres de l’Union Européenne, ils fixent la production à 13,5 millions de tonnes de sucre, faisant de l’Europe le 1er producteur mondial de sucre de betterave, avec environ 50% de la production (dont 4,1 millions de tonnes de sucre hors quotas). Mais pas le 1er producteur de sucre, loin de là… En 2016, la production mondiale de sucre devrait en effet atteindre 168 millions de tonnes, une quantité qui, pour la 2ème année consécutive, ne permet pourtant pas de répondre aux besoins de consommation.

Tandis que l’industrie sucrière française voit cela comme une opportunité d’accroitre significativement les quantités produites et vendues, les producteurs de betterave s’inquiètent de la concurrence mondiale et de la chute prévisible des prix. C’est dans ce contexte d’incertitude que les acteurs de la filière ont signé, il y a quelques jours, un nouvel accord qui servira de cadre aux échanges commerciaux pour les trois campagnes à venir.

L’accord prévoit que le prix payé aux producteurs de betterave sera discuté au niveau de chaque industriel sur la base d’éléments contractuels précis. Pour Eric Laine, le président de la confédération générale des planteurs et fabricants, « cela permettra de maintenir un partage équilibré des risques et des opportunités entre les planteurs et les fabricants, sans entraver la recherche de compétitivité ».

Reste à savoir si l’augmentation des objectifs de production de sucre, de l’ordre de 20%, prévue par les industriels pour les prochaines campagnes compensera les effets d’une baisse du prix du sucre… et des betteraves à sucre…

Contactez Un pas pour demain

Sending

Log in with your credentials

Forgot your details?